Maison de l'apiculture

Previous Next
Adhésion 2018 Si vous voulez bénéficier de nos services ou si nos projets vous intéressent et que vous... Lire la suite...
Concours de miels et de pains d'épices Samedi 18 novembre : Concours de miels et de pains d'épices    Le concours général des... Lire la suite...
Planning formation 2018-2019   Première année 2018   Deuxième année 2018 Lire la suite...
Agenda manifestations 2017 Ne manquez pas nos prochaines manifestations en suivant l’agenda de l’UNAPLA ! Vente et... Lire la suite...
France inter parle des abeilles en danger Au programme de l'émission de France Inter, le Téléphone sonne : les grandes menaces qui... Lire la suite...
La santé des abeilles au programme des rencontres scientifiques de l'Anses Rencontres scientifiques de l’Anses :Santé des abeilles : « risques émergents et... Lire la suite...
Les toqués invitent les apiculteurs de l'Unapla Ce lundi 28 novembre, l'émission de Patrick Cathala Les toqués, sur France Bleu Loire Océan,... Lire la suite...
Les résultats du concours des miels Edition 2016                              Le concours départemental des miels et des pains d'épices... Lire la suite...
Le miel de Jour de Fête Lors de Jour de Fête, au Parc de la Bégraisière à Saint-Herblain le 10 et 11 septembre, du miel a... Lire la suite...
Adhérez à l'Unapla ! Vous souhaitez soutenir nos actions, bénéficier du groupement d'achat..., le bulletin d'adhésion... Lire la suite...

Dans la grande famille des Apidés à laquelle appartient le genre Apis dont font partie les abeilles domestiques, nous retrouvons aussi le genre Osmia.

Les espèces faisant partie de ce genre, les Osmies, sont des insectes généralement velus et trapus. En France, nous en retrouvons près de 40 espèces dont les caractéristiques de nidifications sont très diverses : elles peuvent creuser des nids en ligne dans des cavités, se loger dans le sol ou bien créer des cellules à l'air libre, sur des rochers, certaines construisant même leur nid dans des coquilles d'escargot vides. Les matériaux de construction diffèrent aussi selon les espèces ; certaines utilisant de l'argile, d'autres des petits cailloux, ou encore des morceaux de feuilles ou de pétales. (Source : H. Bellmann, Guide des abeilles, bourdons, guêpes et fourmis d'Europe. Les guides naturalistes, Delachaux et Niestlé)

L'espèce de l'osmie présente sur la photo, n'a pas été identifiée. 

Merci à l'apiculteur qui nous a envoyé ses photos. N'hésitez pas à faire de même !

Le 21e congrès national de l'apiculture du 27 au 30 octobre à Clermont-Ferrand, organisé par l'Unaf et le Syndicat des apiculteurs du Put-de-Dôme.

Au programme : des conférences, ateliers et animations, des exposants.

Retrouvez plus d'informations sur le flyer : 

ici !

Toutes les informations pratiques sur : www.congres-national-apiculture.com ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou au 01 48 87 47 15. Inscriptions possibles dès le 15 juillet. 

 

 

TF1 proposait le 16 juin un reportage sur l'apiculture de loisirs, une activité qui prend de l'ampleur en France. Un apiculteur qui fabrique ses ruches, d'autres qui gèrent leur rucher collectivement... On y retrouve même des apiculteurs de l'Unapla.

Cliquer sur le lien pour visionner le reportage : http://lci.tf1.fr/jt-20h/videos/2016/apiculture-32-000-amateurs-en-france-8752331.html 

Enfin le soleil est arrivé ! Et avec lui les insectes sont de retour dans les fleurs. Et comme le jardin de la Maison de l'apiculture est géré par de fins jardiniers, les essences à butiner sont nombreuses et variées et l'entretien permet aux insectes d'y trouver refuge. 

On rencontre dans les fleurs, des mouches, nos fameuses abeilles domestiques, des bourdons, des abeilles sauvages... 

Ci-contre, le bourdon des champs. Ci-dessous une abeille sauvage (non identifiée) qui nidifie dans le sol (on aperçoit d'ailleurs sa tête à l'entrée) puis prise sur une fleur de plantain.

Si vous êtes aussi amateur de photos naturalistes, je vous invite à nous envoyer vos clichés que nous partagerons que le site.

 

 

                                                                                                                            

 

 

 

                                                        

 

 

La réglementation définie le frelon asiatique comme un danger de deuxième catégorie au titre de la protection de l’abeille domestique (ministère de l’agriculture 26/12/2012). Les méthodes de lutte préconisées restent à ce jour, la destruction précoce des nids. Le piégeage étant une solution adaptée à la protection directe des ruchers où le frelon est présent et lorsque la pression est importante. L’installation de pièges n’est pas recommandée dans les ruchers si le prédateur n’est pas détecté ni hors des périodes à risques. L’Itsap (Institut Technique et Scientifique de l’Apiculture et de la Pollinisation) prévoit d’étudier l’efficacité du piégeage en termes de protection des ruches.      

 

Des nuisances multiples.

Le frelon asiatique a tout d’abord un impact négatif sur l’apiculture. La prédation des ruches entraînant notamment une réduction de la production et de la capacité de la colonie à constituer des réserves. De ce fait, des actions pourront être traduites auprès des apiculteurs par un Plan Collectif Volontaire proposé par l’OVS animal.

La Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles (FDGDON 44) est un syndicat professionnel agricole, placé sous la tutelle des services décentralisés du Ministère de l'Agriculture. L'Etat, (arrêté du 31 mars 2014), a nommé le réseau FREDON-FDGDON comme Organisme à Vocation Sanitaire (OVS). 

Les missions de la FDGDON 44 sont définies par le Code Rural. Dans tous les domaines attachés aux végétaux, y compris les produits stockés afin d'assurer la surveillance, la prévention et les luttes, afin de garantir et préserver les enjeux liés à des productions alimentaires de qualité, à la santé publique et à la protection de l'environnement.

Les nuisances sont aussi liées à la santé publique. En effet, même si le danger est faible face à un individu isolé, les frelons organisent leur défense en cas de dérangement du nid. Cette menace est amplifiée du fait de la multiplicité des supports d’installation des nids.

La problématique environnementale concerne la prédation des insectes et notamment des pollinisateurs sauvages et insectes sociaux avec un risque de régression des populations d’espèces sensibles. Les actions menées au titre de la santé publique sont menées par l’OVS végétal. 

 

Pourquoi un Plan d’Action Collectif ?

En raison de la prise en compte accrue par les collectivités des dangers en termes de santé publique. Ce plan permet aussi une homogénéisation et une meilleure organisation de la lutte au niveau départemental et cela dans le respect des réglementations.

(données issues du bilan 2015 de la FREDON FDGDON 44)

Prise en charge technique et financière de la destruction des nids

107 communes étaient signataires du Plan d'Action Collectif en 2015. La convention établie entre les communes et la FDGDON laisse à la charge des collectivités la partie financement, l'organisation étant la responsabilité de la FDGDON.

La convention prévoit la formation d'un référent (agent de la commune) capable d'identifier les nids et d'évaluer les possibilités d'intervention. Ainsi, suite à la découverte d'un nid par un particulier et après vérification par le référent de la commune, la FDGDON a la charge de contacter une entreprise spécialisée (3 sont identifiées par commune) et d'en proposer une disponible pour intervenir. Toutes les entreprises doivent répondre à des critères pour s'engager dans cette démarche (assurances, habilitation...) et s'engager à pratiquer les mêmes tarifs.

Concernant les nids localisés dans l'espace privé, le coût de destruction du nid est à la charge du particulier soit intégralement soit partagé avec sa commune ; la plupart des communes engagées ayant choisie une répartition des charges : 50% 50%. En 2015, le budget engagé par ces communes étaient de 105 143 €.

Nous sommes désormais associés à l'Esatco de Rézé, la procédure de commande et de récupération du matériel apicole est donc modifié.

Voici comment il faudra procéder désormais :

- Remplir le bon de commande. (Premier volet, le détail de tout ce que l’on peut commander et réceptionner par l’intermédiaire des ateliers et qui servira à faire la facture. Deuxième volet, le bon de commande à remplir) 

ici !  

- Envoyer le bon de commande par mail (pour faciliter les saisies) à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et le règlement par la poste à Gilles Rogel / Les rochers 44690 Maisdon-sur-Sèvre

Attention : Aucun règlement ne se fera sur le site de l’Esatco.

Après réception du règlement, Gilles transmets le bon de commande aux ateliers, qui vous préviendront quand la commande est disponible. (comptez environ 1 semaine entre la commande et sa mise à disposition).

-Votre commande est à récupérer aux Ateliers du Landas, 64 rue de la Classerie, 44400 Rezé.

Les horaires d’ouverture :

Lundi et mercredi de 13h30 à 17h00 

(Par respect pour les salariés de l’Esatco, merci de ne pas arriver à 17h00 !)         

 

La reprise de la cire en pains se fait aussi par leur intermédiaire. Vous déposez votre cire lors de votre passage chez eux, puis l’Esatco scanne le bordereau de livraison et Gilles Rogel vous fera un avoir sur votre prochaine commande. L’Esatco aura tout pouvoir pour refuser de la cire trop sombre grâce à un nuancier. Pour les adeptes des Assemblées Générales, vous pourrez bien sûr toujours déposer vos pains de cire lors des AG annuelles !

La prochaine assemblée générale se déroulera le 15 octobre 2016 à Onyx (St Herblain). L’élection du tiers sortant sera à l’ordre du jour.

A la fin de la saison apicole, il est recommandés de traiter sa colonie contre Varroa destructor.
Les traitements vétérinaires sont vendus aux adhérents du GDS (Groupement de Défense Sanitaire). Cette adhésion vaut de septembre à septembre et les adhérents du GDS recevront le bon de commande courant juin. 
Pour 2016, le PSE (Plan Sanitaire d'Elevage) préconise l'Apistan. Ceux qui ne voudraient pas utiliser ce traitement, peuvent en choisir un autre dans la liste proposée, dans ce cas, ils n'adhèrent pas au PSE et ne recevront pas l'indemnité d'aide au traitement.
 
La partie sanitaire du suivi d'un rucher fait partie des enseignements diffusés lors de la formation aux ruchers-écoles. Ainsi les stagiaires 2016, sont invités à poser leurs questions sur le traitement anti-varroa ou le GDS, aux formateurs lors des cours.
 
 
Pour adhérer ou les contacter :
GDS 44 
Rue Adolphe Bobierre, 44300 Nantes 
02 40 16 39 00.
 
Pour ceux qui n'auraient pas encore adhéré, voici le bulletin de cotisation. Ne tardez pas afin de recevoir votre bulletin de commande dans les temps.
ici !