Maison de l'apiculture

Previous Next
Quoi de neuf : La prochaine assemblée générale aura lieu le 17 février de 14h à 18h, salle ONYX, Atlantis.   Lire la suite...
Concours miels 2017   Le 21 novembre 2017 Les résultats du concours des miels de Loire-Atlantique. Le concours... Lire la suite...
Adhésion 2018 Si vous voulez bénéficier de nos services ou si nos projets vous intéressent et que vous... Lire la suite...
Planning formation 2018-2019   Première année 2018   Deuxième année 2018 Lire la suite...
France inter parle des abeilles en danger Au programme de l'émission de France Inter, le Téléphone sonne : les grandes menaces qui... Lire la suite...
La santé des abeilles au programme des rencontres scientifiques de l'Anses Rencontres scientifiques de l’Anses :Santé des abeilles : « risques émergents et... Lire la suite...
Les toqués invitent les apiculteurs de l'Unapla Ce lundi 28 novembre, l'émission de Patrick Cathala Les toqués, sur France Bleu Loire Océan,... Lire la suite...
Les résultats du concours des miels Edition 2016                              Le concours départemental des miels et des pains d'épices... Lire la suite...
Le miel de Jour de Fête Lors de Jour de Fête, au Parc de la Bégraisière à Saint-Herblain le 10 et 11 septembre, du miel a... Lire la suite...
Adhérez à l'Unapla ! Vous souhaitez soutenir nos actions, bénéficier du groupement d'achat..., le bulletin d'adhésion... Lire la suite...
De nombreuses publications scientifiques : 
 
® Les néonicotinoides persistent dans l'environnement, la demi-vie de la clothianidine dans le sol a été mesurée à 148 à 6900 jours (loam sableux et sols argileux). L'imidaclopride peut ainsi être absorbée par des cultures non-traitées,  jusqu'à  deux  ans  après  la  première  utilisation,  et  peut se retrouver dans le pollen et le nectar des fleurs non traitées à  des
niveaux toxiques pour les abeilles 2. La persistance desnéonicotinoïdes contamine l'environnement au sens large,  notamment le pollen. En 2002 et 2003, 69,1% du pollen récolté par les abeilles de 25 ruchers dans cinq départements  français, sur des plantes traitées et non traitées étaient contaminés par de l’imidaclopride3, bien que cette  neurotoxine ait été interdite à l'utilisation sur le tournesol en janvier 1999. 
 
® Les néonicotinoïdes sont extrêmement toxiques pour les insectes auxiliaires des cultures, essentielles à un  équilibre de l'écosystème et pour le contrôle des populations de ravageurs4.  
 
® Des effets synergiques et cumulatifs : lorsque combinés et en synergie avec d'autres pesticides, en particulier les  fongicides, les effets toxiques des néonicotinoïdes sur les abeilles augmentent considérablement, et se manifestent  chez les abeilles par un large éventail de pathologies: infections bactériennes, virales et fongiques5. 
 
® Inefficacité agronomique des néonicotinoïdes: des rendements de cultures similaires peuvent être réalisés avec ou 
sans traitements de pesticides comme le Gaucho ® 6.
 
® Des effets chroniques et sublétaux sur les abeilles: l'imidaclopride a démontré des effets comportementaux7, ainsi  que physiologiques et métaboliques chez les abeilles 8. En effet, de très faibles doses de néonicotinoïdes peuvent  affecter les populations d'abeilles indirectement: par la désorientation, l'incapacité d'accéder à la ruche, réduction de  l'efficacité de recherche de nourriture, troubles de la mémoire et de l'apprentissage, manque de communication au  sein de la colonie, l'effondrement de l'élevage des jeunes, la diminution de l'efficacité du métabolisme et  l'affaiblissement du système immunitaire des abeilles9.